A la demande de nombreux lecteurs assidus de ce blog (oui, à partir de trois on peut dire nombreux) , voici donc le tutoriel tant attendu (applaudissements… pas trop quand même, merci !)

Pré-requis

Pour suivre ce tutoriel il est préférable d’avoir déjà développé au moins un film avec un révélateur plus traditionnel car je ne vais pas détailler ici les opérations de chargement du film dans la cuve. Il existe déjà de nombreux tutoriels à ce sujet; une petite recherche avec votre moteur de recherche préféré devrait vous permettre d’en trouver plus que nécessaire.

Matériel

Rassemblez d’abord le matériel suivant :

Matériel

  1. Un verre doseur d’une contenance de 1/2 litre au minimun.
  2. Un récipient en verre ou en plastique d’un litre environ (il faut que vous puissiez mélanger les ingrédients vivement sans éclabousser toute la cuisine. Je ne sais plus d’où provient le mien mais je crois qu’il s’agit d’un emballage pharmaceutique récupéré.
  3. Un verre (dit verre à moutarde).
  4. Une cuillère à café.
  5. Un agitateur en verre, bois ou plastique.
  6. Une balance de précision.
  7. Un récipient pour la pesée (par exemple un petit becher en verre).
  8. Une cuve de développement.
  9. Et bien sûr un film à développer 😉

Fournitures

  • A – Des cristaux de soude (ou carbonate de soude).
  • B – Du café instantané.
  • C – De la vitamine C effervescente 1000 Mgr.
  • D – Du fixateur.

Note: On m’interroge souvent à propos des cristaux de soude qui seraient semble-t-il difficiles à trouver. Je trouve les miens dans une grande surface de la chaîne Intermarché (je ne fais pas de publicité), au rayon des produits d’entretien (tout en bas, là où on ne cherche jamais). Et tant que j’y suis, j’y achète aussi un bocal de café instantané premier prix et ce depuis mes débuts avec le cafenol.

Dosage

Depuis le début, j’ai fidèlement suivi la recette que j’ai donnée dans mon premier billet tout en me disant que la cuillère à café n’est quand même pas un unité de mesure d’une grande rigueur scientifique, même si me résultat restent réguliers.

Au moment de rédiger ce tutoriel, j’ai tenté de trouver des mesure plus précises.

Après avoir plusieurs fois mesuré mes quantités de cristaux de soude et de café soluble avec une cuillère à café puis pesé ces quantités, j’arrive à une moyenne de… 30 grammes de chaque. En effet, 4,5 cuillères à café de cristaux de soude pèsent 30 grammes et 9 cuillères à café de café soluble (le mien en tous les cas) pèsent 30 grammes aussi.

Note: si vous n’avez pas de balance, vous pouvez doser de manière plus précise qu’avec la cuillère à café. Il suffit d’utiliser une boîte de film vide: une boîte et demi de cristaux de soude pour trois boîtes de café soluble. Seule la demi-boîte est ne mesure peu précise mais c’est la seule.

Pas-à-pas

Tout est prêt ?

C’est parti:

Pesée des cristaux de soude

1 – Peser 30 grammes de cristaux de soude (ou 4,5 cuillères à café – ou 1 boîte de pellicule et demie).

2 – Mesurer 1/2 litre d’eau avec le verre doseur.

3 – Vider une partie du verre doseur dans le verre à moutarde, nous utiliserons ce verre pour y dissoudre le cachet de vitamine C.

4 – Dissoudre les cristaux avec le reste du verre doseur dans le récipient prévu pour le mélange. Le mélange prend un aspect laiteux qui doit disparaître après dissolution des cristaux.
Attention : les cristaux doivent être parfaitement dissous sous peine de voir apparaître des points blancs sur les négatifs. Pour faciliter la dissolution, j’utilise de l’eau tiède.

5 – Pendant ce temps nous pouvons tranquillement charger notre film dans la cuve.

6 – Une fois les cristaux bien dissous, peser 30 grammes de café soluble  (ou 9 cuillères à café – ou 3 boîtes de pellicule). Note: ne tenez pas compte de l’affichage de la balance sur la photo ci-dessus.

7 – Ajouter le café solubles dans le récipient et bien mélanger avec l’agitateur.

8 – Pré-mouiller le film en remplissant la cuve d’eau à température ambiante.

9 – Dissoudre le cachet de vitamine C effervescent dans le verre d’eau que nous avons réservé précédemment.

10 – Ajouter la vitamine C dans le récipient de mélange après dissolution complète et bien mélanger.

11 – Vider l’eau de la cuve.

12 – Remplir la cuve avec le mélange, la fermer, la retourner une quinzaine de fois et la tapoter légèrement sur le plan de travail pour éliminer les bulles éventuelles.

13 – Lancer le chronomètre pour une demie-heure.

14 – La demie-heure écoulée, vider la cuve dans le récipient de mélange

15 – Remplir à nouveau la cuve avec la solution récupérée à l’étape précédente (oui, oui, c’est bien le mélange du départ que l’on continue à utiliser) et c’est reparti pour une demie-heure.

16 – Une fois la deuxième demie-heure écoulé, vider la cuve.

17 – Je n’utilise pas de bain d’arrêt, il est inutile de vouloir stopper l’action du révélateur alors qu’in vient d’agir pendant une heure. Mais pour préseerver mon fixateur, je procède à un lavage complet suivant la méthode préconisée par Ilford.
A savoir :

  • Remplir la cuve d’eau, retourner 5 fois.
  • Vider
  • Remplir la cuve d’eau, retourner 10 fois.
  • Vider
  • Remplir la cuve d’eau, retourner 20 fois.
  • Vider
  • Remplir la cuve d’eau, retourner 30 fois.
  • Vider

18 – Passage au fixateur comme pour n’importe quel développement traditionnel.

19 – Lavage du film suivant la même méthode que tout à l’heure + un dernier rinçage avec de l’eau additionnée d’une goutte de liquide vaisselle très doux.

20 – Séchage à l’abri de la poussière.

21 – Félicitations, vous avez développé votre premier film au cafenol-stand development et je parie que ce ne sera pas le dernier 😉

Remarques

Mais pourquoi vider la cuve après une demie-heure pour finalement la remplir avec la solution de départ ???

Je n’ai pas d’explication scientifique à donner, j’ai juste remarqué que cela améliorait l’  acutance et le contraste. Je suppose que la courbe d’épuisement du cafénol décroit plus vite que celle d’un révélateur traditionnel. Ainsi, le fait de vider et remplir la cuve relancerait le développement des hautes lumières en apportant du révélateur plus actif au contact de la pellicule, permettant ainsi d’obtenir un développement complet de celles-ci.

62 thoughts on “Cafenol « stand-developement » – Le tutoriel

  1. Je confirme que l’on trouve facilement les « cristaux de soude » chez Intermarché. Je l’ai également vu dans certains magasins de bricolage. Je pense que « Phénix » serait assez étonné de l’utilisation de sa lessive qui accessoirement lave très bien les sols.

    Bravo pour le tuto, je vais le référencer dans mon blog.

  2. Deuxième passage par ton tutoriel. Depuis dix minutes mes deux premiers rouleaux sont à développer suivant cette méthode. (oui, deux, j’ai confiance grave!)
    Première remarque: le mélange café + lessive de soude, ça pue!
    Deuxième remarque, à l’attention de ceux qui sont un peu étourdi,comme moi: la vitamine C, si on ne la trouve pas pure, il vaut mieux la prendre effervescente. Parce qu’à croquer, c’est quasiment indissoluble.
    Tant pis, j’ai broyé ce que j’ai pu, et filtré le reste…

  3. Et alors, qu’est-ce que ça donne ???

    C’est vrai que les comprimés à croquer sont difficiles à dissoudre.
    Pourtant c’est ce genre de comprimés que j’ai utilisé lors de mes premiers essais.
    Dans ce cas, il faut dissoudre le comprimé dans de l’eau bien avant de faire le mélange lessive de soude/café.
    J’ai remarqué qu’il valait mieux les dissoudre dans de l’eau plutôt que dans la lessive de soude. Je suppose que le milieu alcalin doit ralentir la dissolution.

  4. Après 5 films (2+2+1), ça donne ça:
    Concernant les 4 premiers, j’ai fait avec les cachets, plus ou moins bien dissous. Je n’ai pas filtré (enfin, pas avec un filtre, mais j’ai quand même essayé de retenir les plus gros bouts!), visiblement ça n’a pas posé de problèmes.
    Le résultat est beau, les négatifs sont très propres, une belle définition, cela dit je ne les ai pas encore scannés.
    Je suis assez surpris, je m’attendais à un fort effet compensateur de la part d’un stand dev, mais ce n’est visiblement pas le cas. Certaines photos étaient sous-exposées, ce développement n’y a rien fait.

    Pour le cinquième film, que je viens de finir, j’ai remplacé les cachets par de l’acide ascorbique pur, à raison de 10g/l. Maintenant il faut que je vérifie l’impact exact de l’acide ascorbique, parce que j’ai des négatifs d’une densité que je n’ai jamais eu auparavant! Mais il est aussi possible que ce négatif soit globalement surexposé, j’y verrais un peu plus clair la prochaine fois!

    En tout cas je crois que je vais l’adopter, cette chimie…

  5. 10 g/l d’acide ascorbique, cela fait quand même 5 x la dose normale puisque dans la recette de base on met 1 comprimé de 1000 mg donc 1 g par demi-litre… tu ne fais pas dans la dentelle 😉

  6. Bonjour Luc
    J’y reviens aussi, est-ce que cette formule serait valable pour du papier baryté? As-tu essayé? J’aimerais me remettre au négatif-papier et je cherche mois de contraste qu’avec un révélateur film standard…

  7. Salut Pascal,
    Je n’ai pas encore eu le temps de mener des tests sur le développement papier, mais je crois que Sébastien a essayé avec un un certain succès.
    Autrement, tu peux trouver ICI le tuto de Matt.

  8. Bonjour,

    J’ai testé votre « recette » sur 3 pellicules. La première était une FP4+ format 120 périmée depuis 1997 (je ne connais pas le mode de conservation, mais je doute qu’il fut optimal). Je l’ai utilisé sur mon Brownie Flash (qui n’a pas le piqué d’un Rolleiflex). Le résultat est surprenant, mais un cran en deçà de la qualité que j’avais obtenue avec du LC29. Les images ont un grain très présent, ne sont pas très contrastées…
    La deuxième fois sur une pellicule 135 Velvia 50 (donc diapositive couleur). Là encore, le résultat est très surprenant. Impossible d’obtenir une planche contact à l’agrandisseur (le film est orange). Par contre, j’ai réussi à scanner mon film. Le résultat est encore une fois très granuleux.
    La dernière, une Tri-X en 135. Encore une fois, le résultat est différent de ce à quoi j’ai l’habitude. Le grain est très fort, le film tuile, semble plus épais que d’habitude, moins opaque, le temps d’exposition à l’agrandisseur s’en ressent. La netteté n’est pas celle que je connais.

    Bilan par rapport au développement au LC29 (dilué à 1+29) : la netteté semble inférieure, le contraste est moins élevé, le grain est très très présent.
    Ce tableau semble noir, pourtant j’aime beaucoup le rendu du cafenol en stand-developpement ! La seule différence que j’ai dans les produits que j’ai utilisés par rapport aux vôtres, c’est la vitamine C (Vitascorbol dans mon cas). L’effet est selon moi plus « artistique » et inhabituel. Je vais persister, mais suis-je le seul à observer ce genre de rendu ?

  9. Merci Régis pour ce retour d’expérience.

    Pour ce qui est du faible contraste c’est en effet une chose que j’avais remarqué mais cela ne me gêne pas car je scanne mes négatifs, n’ayant ni la place ni le temps pour le labo.
    Quant à la couleur orange, je ne sais pas si elle provient des excipents du cachet de vitamine ou du café, mais certains films y sont beaucoup plus sensibles que d’autres. Par exemple les EFKE 25 et 50 ressortent orangées de la cuve alors que la FUJI Neopa, Acros 100 reste neutre.

  10. Hello Lukaz!

    Oui effectivement 10g/l ça fait beaucoup par rapport au cachet que tu mets, ou encore par rapport à ce qu’utilise Matt (4g/l)
    Cela dit, la recette du blog caffenol monte jusqu’à 16g/l, alors… J’ai coupé la poire en deux, en utilisant les valeurs qui me paraissaient les plus simples à retenir. Maintenant, ça mériterait, c’est vrai, des essais comparés!

  11. Bonjour!
    J’ai fait un test avec un film couleur 200iso périmé depuis 2004! développé avec le cafénol dans les proportions indiquées ; le résultat est assez concluant même si les négatifs sont en effet peu contrastés. Est-ce que cela vient du film prévu pour triages couleurs ou du produit ? Réponse au prochain essai avec un film n&b…
    Au scanner, on récupère le contraste mais avec pas mal de grain.
    J’ai tiré quelques exemples en labo et là, moins de grain mais des teintes plus douces ; on récupère du contraste avec un filtre 4 pour un résultat voisin du scann
    En attendant d’autres aventures…

  12. Très bon tuto, merci beaucoup!
    Mais pas de mention des T°C. à quel T°C faites vous le développement en moyenne? Étant donné les temps ce doit être plutôt froid mais avez vous une T°C précise?
    Merci d’avance.
    Cordialement.

  13. Merci pour votre appréciation.
    Dans le procédé du stand-dévloppement, la température n’est pas un paramètre crucial. J’opère à température ambiante et les résultats sont constants.

  14. En attendant d’autres aventures…

    Et alors Guillemette… où en êtes vous de vos aventures !?

  15. […] Présentation_manifestoImpressions_numérisation_finitions_tutoriauxTarifsContact_plan d’accèsFTP / expéditionsRéférences_liens_C.O.O.P••/Digest_42Posted by ooblik on 22 mai 2011 in digest · 0 Commentshttp://www.arnaudteicher.com/portrait-1.htmlhttp://www.latelierdedition.com/spip.php?article83http://www.zarasamiry.com/popular_casablancahttp://www.sergeantpaper.com/#/artist/69-Okuda/prod/173-El-jardín-de-las-delicias-caducadashttp://www.cinematheque.fr/expositions-virtuelles/kubrick_web/index.phphttp://www.choppedliver.info/index.php?/red-house/http://www.chezgof.be/blog/http://mayumiotero.com/blog/http://www.anderstrentemoller.com/node/37http://www.anticboutik.com/10-chaussureshttp://lafibre.info/fibre-optique-hors-de-france/tsunami-japon-internet-a-fait-preuve-dune-resilience-superieur-au-nucleaire/http://www.icp.org/http://postcardsfromamerica.tumblr.com/post/5641695298/isaac-at-home-with-his-guns-las-cruces-newhttp://www.itha.ch/http://lukaz-photo.com/archives/400http://www.ppa.co.uk/resources/guides-and-standards/production/proof4press/http://www.updig.org/http://www.thecqi.org/Community/Special-Interest-Groups-SIGs/Digital/Digital-guidelines/http://www.colorwiki.com/wiki/ColorWiki_Homehttp://www.behrmann.name/index.php?option=com_content&task=view&id=32&Itemid=70&lang=frhttp://www.brucelindbloom.com/http://www.eci.org/doku.php?id=en:starthttp://www.color.org/srgbprofiles.xalterhttp://www.64bis.com/index.htmlhttp://helenebiens.free.fr/http://helenebiens.free.fr/aad/http://www.ferrailleshop.com/shop/index.php?post/TOUT-LE-GENTIL-GARCONhttp://www.designbyhumans.com/shop/detail/8700http://soundcloud.com/constellation-records/sets/cst024_digest écrit en écoutant « Petit matin 4.10 heure d’été » d’Hubert-Félix Thiéfaine, Suppléments de mensonge. Previous Post BUBBLES ! Related posts:Digest_41[SLip] tout s’achète et tout se vend !DIGEST_30_ShareTweetDiggDeliciousFacebookStumble_RSSSubmit your commentYour namePlease enter your nameYour name is requiredYour emailPlease enter a valid email addressAn email address is requiredWebsiteMessagePlease enter your message […]

  16. Bonjour,
    le we dernier j’ai enfin testé le cafénol.
    J’ai développé une TXMAX à 100 iso.
    Pour moi le résultat est nickel, j’ai enchaîné sur quelques tirages.
    Je n’ai pas de grain, un contraste doux.

    Je me demandais comment gérer les différentes iso ?
    On fait tout pareil ou il y a des différences de concentrations à faire ?

  17. J’applique la formule et la procédure à l’identique pour tous mes films, toutes sensibilités confondues.
    J’ai remarqué que la Néopan Acros 100 donne de très bons résultats; du moins à mon goût. Je ne suis donc pas étonné qu’il en soit de même avec la Tmax car ce sont deux pellicules à grain tabulaire.

  18. quelques détails m’intriguent aussi :
    j’utilise le stand-developpement avec des chimies « standard » lorsque je désire pousser.
    Comment adapter les temps de développement pour une pellicule sous ex ou volontairement destinée à être poussée?
    A quelle température (approximative) se déroule le développement?
    Merci!

  19. Bonjour,
    Excusez moi pour le retard mis à vous répondre.
    A vrai dire, je n’ai jamais essayé de développer une pellicule sous-ex ou sur-ex intentionnellement.
    Comment pratiquez vous en stand-développement avec une chimie traditionnelle ?
    Le mieux serait de faire des tests sérieux de sensitométrie pour voir mais je n’ai ni le temps, ni les moyens , ni les connaissances pour le faire.
    Quant à la température, je me contente de la température ambiante.

  20. Merci!
    il existe une règle qui dit qu’on ajoute 20% au temps initial a chaque fois qu’on double la sensibilité, je testerais cette méthode avec le cafenol.
    Je shoot très souvent de la HP5 à 1600 isos et je suis curieux de voir ce que donne le cafenol dans ce cas.

  21. Bonjour je viens de developper mon premier film avec votre recette mais avec de la soude saint marc et du cafe soluble carref… J’avais une gold 200 et j’ai utilise un fixateur Fomafix (8 miutes de fixation). Le film est tres opaque on dirait qu’il n’est pas assez developpe. Avez vous un conseil la dessus? Le fixateur est il approprie? Ou la lessive saint marc de vaut-elle pas la Phoenix?
    Merci pour votre tutoriel tres clair.
    Philippe

  22. Bonjour et merci pour votre retour d’expérience.
    Je n’ai pas de réponse précise à vous fournir.
    Il ne s’agit sans doute pas d’un problème de fixateur, dans ce cas le film aurait présenté un voile laiteux.
    Distingue-t-on une image ou bien le film est-il complètement opaque ?
    S’il est opaque, peut-être votre film a-t-il pris le jour ?
    Je ne connais pas la composition de la lessive Saint Marc. La lessive Phénix est composée de carbonate de soude uniquement, c’est pour cela que je l’utilise. Il y a peut-être des excipients dans la lessive Saint Marc qui nuisent au processus.
    Je n’ai jamais essayé de développer de la Gold 200, peut-être qu’elle n’apprécie pas le cafénol …

  23. En regardant la composition des « cristaux de soude »de marque St Marc, sur le site du fabricant, la fiche de sécurité précise qu’il s’agit de carbonate de soude, donc ok pour notre soupe miraculeuse !
    Premier film aujourd’hui, premier développement demain.
    Commentaires à suivre …..

  24. Bonsoir et merci pour cette recette (j’ai définitivement rangé le Xtol dans le placard). J’ai de très bon résultat avec de la TRIX et de la FP4, je souhaite simplement savoir si vous avez déjà essayé avec de la DELTA 3200 ?.
    Merci par avance.
    Cordialement, bruno.

  25. Bonjour Bruno,
    Merci pour ton retour d’utilisateur, ton enthousiasme fait plaisir 🙂
    Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester la Delta 3200,
    Je n’ai aucun problème avec : TriX, TMax, FP4, HP5, Efke 25 et 50, Fuji Acros 100, Kentmere 400.

  26. Bonjour 🙂

    Après avoir longuement lut la méthode je me suis lancé avec une TriX et le résultat est au-delà de mes espérances. Donc milles merci pour ses explications qui sont très détaillées et parfaites pour s’y mettre. Je crois que je vais définitivement adopter le cafénol.
    J’essaierai bien avec de la pellicule couleurs.

  27. Bonjour,
    Merci pour votre commentaire.
    Pour info, cela fonctionne aussi avec les pellicules couleurs.
    Bonne continuation 😉

  28. Bonsoir,

    Merci pour cette petite méthode aussi claire que précise, je viens de l’essayer sur une vieille agfapan 400 périmée et ma fois le résultat est bien plus que satisfaisant.

    Merci encore,
    Bonne continuation

  29. Bonjour,

    Je viens de développer une Ilford Delta 400 et le résultat est superbe, les contrastes sont nickel, j’ai utilisé comme fixateur du tétanol Superfix à raison de 1+3 durant 4mn. Sur mes premiers essaient au cafénol je restait sur une durée de 2mn de fixation et les contrastes étaient moins prononcés. Le mélange cafénol en lui même et la durée de 2X30 mn est en tout cas parfait.

    Merci encore ^^

  30. Bonjour,

    je me demandais si l’acide ascorbique en poudre convenait également, plutôt que d’acheter de la vitamine C en cachets effervescents, ou est-ce que le côté effervescent est important?
    Merci pour ce tutoriel extrêmement explicite, je suis prêt à laisser tomber le microphen!

  31. On peut tout à fait substituer les comprimés par de l’acide ascorbique en poudre.
    Les seuls avantages des comprimés résident dans la facilité pour se procurer l’acide ascorbique sous cette forme et la durée de conservation.
    En effet, l’acide ascorbique en poudre ne se conserve pas très bien car il s’oxyde rapidement.
    Si vous avez une production importante de films, vous pouvez en effet remplacer les comprimés par la poudre et faire de substantielles économies.
    Pour le Microphen… c’est vous qui voyez, mais moi je n’utilise plus que le cafenol 😉

  32. Bonjour,

    Je viens de faire mon premier développement en suivant scrupuleusement votre tutoriel, avec le l’acide ascorbique en poudre, que je me suis procuré à la pharmacie du coin)
    Ca marche, le cafénol, c’est pas une blague!
    J’ai développé de la HP5+ poussée à 3200 ISO. Cependant, mon film me paraît sous-développé. J’avais pourtant bien fait attention à exposer mes vues d’un ou 2 diaphs en plus que d’habitude. L’erreur à la prise de vue me paraît donc à écarter comme hypothèse.
    J’ai bien fait 30mn+30mn, et j’ai même rajouté 5 minutes à la fin.
    Avec votre dosage, pensez-vous qu’on arrive à épuisement de la solution? En concentrant un peu plus, serait-ce possible de pouvoir développer un peu plus le film?
    Pour ceux que ça intéresse, le grain est vraiment fin, j’ai pas encore comparé, mais je me demande si c’est pas encore plus fin qu’avec le microphen!
    Manque juste de dynamique (encore que.. à tester dans de meilleures conditions lumineuses), et donc de développement.
    Merci encore, bonne journée.

    Arbre.

  33. Ca marche, le cafénol, c’est pas une blague!

    Eh oui, mais je suis content que vous en ayez la preuve 😉

    Pour ce qui est du développement d’une pellicule poussée, il faut sans doute augmenter le temps de développement.
    Il paraîtrait que la solution perd ses capacité après une heure; mais je ne l’ai pas vérifié.
    Comme je l’ai déjà dit plus haut dans les commentaires, il faudrait mener de vrai tests en variant les paramètres un à la fois et en observant les modifications induites, mais c’est un travail coûteux et de longue haleine.
    Comme je ne pousse jamais mes pellicules et que je n’utilise que quelques émulsions différentes, je me base sur ma méthode et elle me donne satisfaction.
    Merci pour votre retour et bonne chance pour la suite de vos aventures avec le cafenol !

  34. Bonjour,
    J’ai fais un développement au cafenol et je trouve cette technique parfaite (à part que je dois mettre 7 comprimés de 120mg pour arriver à la bonne dose).
    Je pense donc continuer avec cette technique, et là je vais avoir deux ou trois peloches à développer en même temps. Est-ce que je peux les mettre dans la même cuve? Est-ce que je dois augmenter proportionnellement les doses / le temps ?
    Merci encore pour ce tutoriel !

  35. Bonjour,
    Je n’ai jamais essayé de développer plusieurs films en même temps car je n’ai qu’une spire dans ma cuve Paterson, elle me sert pour les films 120 ou les films 135 indifféremment suivant l’écartement des joues. Mais a priori cela ne doit pas poser de problème; je pense qu’il faut juste veiller à préparer la quantité de révélateur donnée par le fabricant en fonction du nombre de films présents dans la cuve.
    Bon développement !

  36. Hello. Je viens de tester, après avoir mis du tps à récupérer tout l’attirail de matériel, ce « stand dev ». Ça faisait lgtps que je n’avais plus développer de film. Quelle superbe sensation d’avoir réussi à développer mon 1er film au caffenol grâce à ce cool tuto !!
    Merci bcp :o)

  37. bonjour a tous, je suis au Bresil et les produits classiques sont dificiles a trouver ou a des prix totalement prohibitif…..pas encore essayer caffenol avec des films mais ça va venir….par contre j’ ai fais un essai sur papier…. »que j’aime ta couleur cafe… »
    c’est colore…..jai utilise:
    carbonate de sodium 80g/l……..cafe soluble 40g/l…..vitaC 5g/l…….sel 4g/l
    ça marche mais ya surement qquchose a ameliore…
    je vais faire d’ autres essais e informerais…..en attendant si quelqu’ un cherche dans ce sens qu’il nous en parle

  38. En effet, cela marche aussi avec le papier.
    Le sel n’est pas indispensable; je crois surtout que c’est l’iode du sel marin qui est utile et qui sert d’anti-voile pour les films.
    Comme le papier n’est pas sensible à ce problème on peut s’en passer.
    D’ailleurs je n’en utilise pas non plus pour les films.
    Tenez nous au courant de vos recherches.

  39. Bonjour Lukaz , Ca y est , je me suis lancé.
    Une TMax 400 est en ce moment dans la cuve, première demie heure, on va bien voir.
    En tout cas je tiens a te féliciter pour ce tuto super clair.
    J’ai utilisé le même café que toi,j’ai trouvé qu’il était un peu galère a dissoudre .
    Crois tu qu’on pourrait a l’avance dissoudre le café avec une partie de l’eau qu’on réchaufferai afin que le café se dissolve mieux et attendre qu’il redescende à T° ambiante avant de commencer ?
    Allez zou il est temps pour moi d’aller vider/re remplir la cuve… La suite tout a l’heure

  40. Bonjour,
    A priori, rien ne s’oppose à diluer le café dans de l’eau tiède, mais je ‘ai pas testé.
    Il y a peut-être un risque d’altérer l’acide caféique en utilisant de l’eau tiède, ou bien la durée de vie sera diminuée…
    A vrai dire, je ne rencontre pas trop de difficultés à diluer le café soluble car je mélange vigoureusement.
    Mais vous pouvez tester.
    Et cette première pellicule alors ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *